Cloner un disque dur vers un SSD

Introduction

Cela fait déjà un long moment que je désirez réaliser ce tutoriel. En effet je vais vous expliquer étape par étape comment cloner un disque dur vers un SSD.

Que signifie cloner un disque dur ?

Cette opération consiste à copier à l’identique les partitions et toutes les données du disque source vers un nouveau disque. Cela évite pour un disque système, ou Windows est présent par exemple, de réinstaller le système d’exploitation. C’est vraiment un gain de temps non négligeable par rapport à la réinstallation d’un système comme Windows 10/11, de l’ensemble ces drivers et de ces applications.

Pourquoi cloner un disque dur vers SSD ?

Il existe de multiples raisons de la nécessité de cloner un disque dur vers un SSD. En voici quelques unes :

  • Remplacer un disque usé ou partiellement défectueux.
  • Booster Windows en remplaçant un disque à plateaux vers un SSD plus rapide.
  • Augmenter la capacité de son disque.

Conditions nécessaires

Capacité des disques

En théorie il n’y a pas d’incompatibilité. En effet du moment que la taille des données stockées sur le disque source peuvent tenir sur le disque de destination, le clonage devrait fonctionner. Le seul point bloquant pour moi serait le logiciel utilisé qui d’un éditeur à un autre n’aurait pas les mêmes fonctionnalités. Pour résumé, vous pouvez cloner un disque dur vers un SSD dans les conditions suivantes :

  • La capacité du disque source est égale à la capacité du disque destination.
  • La capacité du disque de destination est plus grande que la capacité du disque source (C’est généralement le cas de figure le plus courant).
  • La capacité du disque de destination est plus petite que la capacité du disque source.

Dans la démonstration de l’article nous allons cloner un disque SSD de 512Go vers un disque SSD de 1To. Mon but personnel était d’augmenter la capacité du disque présent dans mon ordinateur portable. Dans la pratique peu importe le type de disque qu’il soit à plateaux (disque dur classique) ou à mémoire (SSD), tous les cas de figure sont donc possibles.

Attention

Dans certains cas (notamment avec des disques de capacité différente) il sera nécessaire de modifier la taille des partitions. Cette modification devra être réalisée soit lors du paramétrage du logiciel de clonage ou soit après l’opération avec un outil de partitionnement.

L’impossibilité de cloner un disque dur

Il existe un cas ou vous ne réussirez malheureusement pas à cloner un disque dur. Ce cas est tout simplement si votre disque contient des erreurs physiques. Et oui si le disque est défectueux avec de nombreux secteurs endommagée de façon permanente, l’opération de clonage plantera quelque soit le logiciel utilisé. Il existe des techniques pour contourner ce problème mais ce n’est pas le sujet de cet article. De plus la réussite de l’opération est bien souvent aléatoire et hasardeuse.

Macrium Reflect

Afin de réaliser notre clonage nous allons utiliser l’outil Macrium Reflect dans sa version Free (gratuite). Ce logiciel moins connu que d’autres ténors dans ce domaine, est un outil remarquable d’efficacité. Je l’utilise depuis de nombreuses années et il ne m’a jamais fait défaut.

Installation du logiciel

Site Macrium Reflect
Site Macrium Reflect
  • Dans la fenêtre qui s’affiche, cochez d’abord « I need a personal free license » et cliquez ensuite sur le bouton « Continue« .
  • Le téléchargement s’effectue et vous obtenez un fichier nommé : « ReflectDLHF.exe« 
Télécharger Macrium Reflect
Télécharger Macrium Reflect
  • Lancez l’exécutable et suivez les instructions durant l’installation en laissant les options par défaut.

Le matériel nécessaire

Pour le clonage il est nécessaire de brancher le nouveau disque/SDD à votre ordinateur. En fonction de votre matériel vous aurez peut être besoin d’un câble ou d’un support pour le connecter. Naturellement il est tout à fait possible de connecter le nouveau disque directement à votre carte mère si cela s’avère possible. Néanmoins pour les autres cas je vous propose deux types de matériel : un câble de type SATA et un boitier pour les SSD de type M.2. Les produits pourront être connectés simplement via un port USB de type A ou C. Pour mes besoins je vais utiliser le boitier car mon ordinateur est un PC portable et le futur disque de destination est un SSD de type M.2. Je vous donne les liens affiliés Amazon vers les deux produits.

Adaptateur USB Sabrent

Adaptateur Sabrent USB 3.0 pour SSD et disques durs SATA I/II/III de 2,5″

acheter sur Amazon
Boitier M.2 Icy Box

Boitier ICY BOX M.2 NVMe et SATA SSD vers USB 3.1

acheter sur Amazon

Conseil

Le boitier n’est pas un achat inutile comme vous pouvez le penser ! En effet je peux maintenant réutiliser mon ancien SSD de 512 Go comme support de stockage externe. En terme de vitesse de lecture et d’écriture je peux vous assurer que cela dépasse tout ce que vous pouvez trouver sur le marché. En effet aucune clé USB ou disque externe ne pourront rivaliser avec notre boitier Icy Box.

Cloner un disque dur vers un SSD

Petit rappel

Nous sommes maintenant prêt pour le clonage. Macrium Reflect est installé sur le disque système qui sera cloné. Nous utiliserons donc l’Os et Macrium Reflect pour cloner le disque à chaud vers le nouveau SSD M.2 monté dans le boitier Icy Box. Ce dernier sera connecté à un port USB-C.

Branchement du boitier (SSD) en USB
Branchement du boitier (SSD) en USB

Procédure de clonage

  • Lancer Macrium Reflect et vous verrez apparaitre la fenêtre suivante.

Le logiciel a donc bien détecté les différents supports de stockage. Mon PC portable ne possède effectivement qu’un seul disque et il est repéré par le logiciel comme « Disque 1 GPT …« . Ce disque est composé de plusieurs partitions car c’est le disque système Windows. Le second disque détecté est donc le nouveau SSD connecté au port USB-C. Naturellement il ne possède pas encore de partitions car il est vierge de données et neuf.

Attention

Les disques sont numérotés à partir du chiffre 1 avec Macrium Reflect. Attention Windows repère lui les disques en commençant à 0. En théorie le numéro 1 sur Macrium Reflect correspond à celui qui est noté 0 par Windows. Je vous conseille de vous fier à la capacité du disque comme moyen de repère !

Démarrage Macrium Reflect
Démarrage Macrium Reflect

Paramétrage du logiciel

  • Vérifiez que toutes les partitions du disque source sont bien sélectionnées (cochées) car cela est essentiel pour le bon fonctionnement du disque système. Sélectionnez « Cloner ce disque« .
Cliquer sur "Cloner ce disque"
Cliquer sur « Cloner ce disque »
  • Cliquez sur « Sélectionner un disque à cloner« .
Sélectionner un disque à cloner
Sélectionner un disque à cloner
  • Sélectionnez le disque de destination, ici c’est donc le disque 2. Sur ma configuration il n’y a que deux disques de connecter, donc je ne peux pas me tromper.

Attention

Faites très attention quand vous sélectionnez le disque de destination. Le logiciel liste l’ensemble des autres disques connectés. En effet ici il n’y en a qu’un, mais sur un système différent il pourrait en avoir d’autres. Pour choisir le nouveau disque, repérez la taille de celui-ci.

Cliquer sur le disque de destination
Cliquer sur le disque de destination

Le disque de destination est maintenant sélectionné et sa capacité est de <931,51 Go> (environ 1 To).

Sélection disque OK
Sélection disque OK
  • La procédure est finalement simple, il suffit de réaliser un glisser-déposer de chaque partition du disque source vers le disque de destination que l’on désire cloner. Ici dans notre cas il est nécessaire de cloner chaque partition car je le répète, c’est un disque système qui doit booter au démarrage de l’ordinateur. Mais sachant que notre nouveau SSD a une plus grande capacité que notre disque source, nous désirons donc que la troisième partition noté « OS – (C:) » (celle de Windows et des données utilisateur) prenne la capacité supplémentaire de notre disque. Pour cela nous placerons cette partition en dernière position pour pouvoir modifier sa taille (capacité) par la suite.
  • Glissons maintenant une à une les partitions vers le disque de destination.

Attention

Je le redis une nouvelle fois. Il est impérativement de terminer avec la plus grosse partition, la troisième sur l’image noté « OS – (C:) » qui correspond à la partition ou est installée le système Windows.

  • Glisser partition une à une

Agrandissement de la partition principale

  • Sur la dernière image ci-dessus, vous remarquez que la dernière partition (OS) est identique à celle du disque source et finalement ce n’est pas ce que nous désirons. Un espace de 454.57 Go est donc inutilisé sur le disque de destination. En effet il est nécessaire que la partition notée « 3 – OS (Auto) » prenne la totalité de l’espace restant de notre nouveau disque. Nous allons donc agrandir la partition de Windows pour utiliser l’espace inutilisé.
  • Sélectionnez la partition à modifier et à agrandir. Un petit trait bleu se trouve maintenant en dessous de la partition sélectionnée.
  • Cliquez ensuite sur le bouton « Remplissage » (ou « Fill Space » en anglais).

Information

Il est possible de laisser tel quel et de réaliser le clonage. Cela dépend essentiellement du logiciel de clonage utilisé. Par la suite et après le clonage vous pourrez modifier la partition pour qu’elle s’adapte et utilise en totalité de l’espace non utilisé.

Agrandir la dernière partition
Agrandir la dernière partition

La partition a maintenant pris l’espace restant disponible. La partition est passée d’une capacité de de 475.45 à 930.02 Go. Je trouve ainsi que réaliser cette opération avant le clonage est plus logique. Mais si vous le souhaitez, vous pourrez réaliser cette l’opération après le clonage.

  • Cliquez de nouveau sur « Suivant >« .
Partition agrandi
Partition agrandie

Lancement du clonage

Comme c’est un appareil nomade possédant des données très personnelles, ma partition « C: » était alors chiffrée par sécurité avec BitLocker. Je vous encourage à chiffrer vos données et vos informations personnelles sur tous vos appareils nomades. BitLocker est intégré à Windows et il est très performant (c’est d’ailleurs pourquoi je l’utilise). Même si vous perdez très très légèrement en performance, le jeu en vaut la chandelle ! En comparaison je préfère perdre en performance que de voir mes données personnelles tombées dans les mains d’une personne malintentionnée ! Pour en revenir à l’opération de clonage, Macrium Reflect ne chiffrera pas la partition lors du clonage. Il suffira par la suite d’activer BitLocker quand le SSD sera remonté dans l’ordinateur portable.

Information

Pour ceux qui le désirent, vous pouvez consulter l’article « Chiffrer un disque avec BitLocker« .

  • Cliquez sur « OK » afin de valider l’information.
Partition C: non chiffrée
Partition C: non chiffrée
  • Vous pouvez aussi, si vous le souhaitez, planifier l’opération de clonage à un moment où vous n’utilisez pas votre ordinateur. Pour notre cas je poursuis l’opération sans planification et je clique sur le bouton « Suivant >« .
Planifier l'opération de clonage si besoin
Planifier l’opération de clonage si besoin
  • Une liste ensuite apparait avec toutes les opérations que Macrium Reflect va effectuer. Visualisez-la si besoin et cliquez sur « Terminer« .
Rappel des opérations de clonage avant exécution
Rappel des opérations de clonage avant exécution
  • Vérifiez que la case « Exécuter cette sauvegarde » soit bien cochée et cliquez sur le bouton « OK » afin de lancer l’opération de clonage.

Information

Il est possible de sauvegarder l’ensemble des paramètres de clonage dans un fichier XML. Il sera alors possible de réaliser le clonage une prochaine fois ou réaliser des clonage à la chaine !

Confirmer l'exécution du clonage
Confirmer l’exécution du clonage
  • L’opération de clonage est alors en cours et il ne reste plus qu’à attendre sagement !
Clonage en cours
Clonage en cours
  • Une fenêtre d’information vous prévient lorsque l’opération se termine. Cliquez ensuite sur le bouton « OK« .

Information

La durée de l’opération (clonage) est dépendante des supports (disque à plateaux, SSD…), de l’ensemble des données à cloner et de la technologie matériel de transfert utilisée. Ici l’opération n’a duré que 22 minutes environ pour 200 Go mais l’environnement était presque parfait. En effet on a réalisé l’opération de clonage d’un SSD M.2 en PCIe 3.0 vers un SSD M.2 connecté en USB-C (USB 3.1 Gen2 à 10Gbps) et là on touche au top des performances par rapport à du simple transfert en SATA ou USB standard. Attendez-vous à des temps de clonage beaucoup plus conséquent avec de la technologie et du matériel plus anciens !

Clonage terminé
Clonage terminé

L’opération de clonage est maintenant terminée et vous pouvez alors visualiser le résultat. Le SSD de destination (disque 2) est désormais une copie du premier disque avec toutes les partitions.

Fin de l'opération
Fin de l’opération

Conclusion

Ce tutoriel malgré sa longueur est terminé et vous savez maintenant cloner un disque dur vers un SSD. Il ne reste plus qu’à remplacer l’ancien disque par le nouveau SSD. Dans un premier temps je vous conseille de ne surtout pas effacer l’ancien disque et de tester votre ordinateur avec le nouveau disque pendant plusieurs jours afin d’écarter tout problème. Sachant que Macrium Reflect étant très fiable pour les opérations de clonage, vous ne devriez pas rencontrer de problème lors de l’utilisation du nouveau disque.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Joz dit :

    Sympa, je mets l’article au chaud et j’ai découvert le câble USB SSD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.